Catégorie : KAGKOT Page 1 of 2

« La découverte du pays caché, le Dolpo ». Diaporama d’un voyage à l’automne 2019.

L’association, l’Arche de Dolanji, apporte une aide à la scolarisation d’enfants de villages isolés des montagnes du Népal. Visite de l’école de Kagkot au Dolpo et des villages d’altitude (entre 3200 m et 4300 m).

 

 

 

The association, l’Arche de Dolanji, provides support for the schooling of children from remote villages in the mountains of Nepal. Visit of the Kagkot school in the Dolpo and the villages of altitude (between 3200 m and 4300 m).

 

Kagkot: l’école en janvier !

Pendant la fermeture de l’école de Kagkot durant les 4 mois d’hiver, deux enseignants sont restés au village et proposent du soutien scolaire aux enfants !

Les photos suivantes illustrent l’école en janvier là-bas !

L ‘Arche de Dolanji prend en charge   les salaires des deux enseignants et du cuisinier pendant ces quatre mois.

Trip to DOLPO by Monique, Pierre, Annie, Jean et Michèle. September-October 2019

After a flight from Paris to Delhi and then a delayed transfer to Kathmandu, Sonam, from the Shambala holidays agency greets us at the airport giving everyone, the first khata (scarf) to welcome our stay … He took care of the administrative aspect of our trip: trekking license, insurance ….

The setting was made in Bodnath, at the « Dragon Hotel ».

We quickly ask Takla our ex-pupil of « Dolanji Monastery in India » to get the necessary nepalese rupees for us. Ugyen makes us a quick but friendly visit. Then, Passang, the CPS Directing manager, picks us up to join his school further down the valley, where the kids and the whole team are waiting for us impatiently. We receive a very usual moving welcome made of dances by various groups of happy students, proud to show their talent to these « strangers » from so far away!

We thank Pierre for his initiative, what a surprise, he made the audience laugh with his magic accessory: the nose of a clown. Jean improvised an English rhyme mimicking the approach of the elephant. Then we organize the collective distribution of small school equipment, soft toys, small cars, then gifts given by the families who sponsor children. Photos are taken which will testify of these moments with the godparents. Annie meet her godson, both are deleted and emotional. The visit of the school show us the improvements due to the commitments of various donators: paved the courtyard, general equipment of the classes and we discover the new needs: in the dormitory the roof is leaking and the toilet area is refining

After some formalities, we go back to the airport to reach Nepalganj, a city close to India where we spend a short night. Takla’s local relationships make the passage of overweight bags easier… This flight for the small altiport of Juphal always surprises the regular travelers with the striking Himalayan mountains.

The air is fresh at 2400m hight, the bags are loaded on a « jeep » and we start our long trek by a half-day descent to Dunaï, the first town of Dolpo, Dunaï is in an isolated area where we can reach the school of Kagkot which is our main destination.On the next day, Dechen comes to visit us on the ground where we spent the first night under tents and invites us to her home. She carries her daughter on her back all day. Her husband works at the Bön school where their son is educated, but this « former Dolanji students » lives very modestly. We give her some clothes which are the donation from a generous french sports store.

 

 After meeting our muleteers and the kitchen team, we join the village of Tarakot during the day but then we have to face a strong rain, then end of the monsoon, which makes track slippery .

Once again, we notice the consequences of regular landslides that force up and down large. On the next day, as on the previous visit of Monique 6 years ago, the inhabitants of Kagkot sent us some horses to relieve our old bones. Seen from above, the steep slopes towards the river offer us some frights. Alternating horse and walking, we finally arrive in the Kagkot village (3300m).

We quickly discover the new buildings almost completed and intended to expand the boarding school. As a school teacher, Bishnu became the headmaster of a team of 7 motivated young teachers. The school hosts about forty students. We will spend 2 days discovering the various improvements in the classes (8 levels up to the 4th). Both dormitories are equipped with good beds financed by our fondation and made up locally. The cook that we pay prepares hot meals for the 18 students of the boarding school and the teaching staff. As a result, the school has gained a good reputation all around. We find that most of the beneficiaries of the boarding school are the children of the villagers. They had couragously rebuilt their houses on the plateau near the school, sheltered from the rock falls of the old village. During a general meeting, including Shenang, the District Chief, we talked about the building of the first part of the boarding school and of the accommodate children from remote villages. During another meeting, we talked about the future needs of Kagkot school. We decided, however, to agree an additional 4 months salaries for 2 volunteer teachers.

Thus, the students will be taught during 11months and the education will go on.

In the evening, we also celebrated together the Monique’s 70th birthday the « Arche de Dolanji »president whith a cakes good as our french cake

Our project is to continue our discovery of high villages of this Daulaghiri massif.

Bishnu, the headmaster of Kagkot school, meet us to visit the school equipement. Indeed, schools have been built, but the few appointed teachers do not stay; cold and isolation make them return home while continuing to collect their salaries ! Only decent housing, improved travel opportunities will help this teachers to stay in the village as in Kagkot.

Once again on the way, we walk through the villages of Pimri then Gharen, as described in the report of 28.11.2011, to reach Seri at 4000m hight. The harvest of barley offers magnificent views. Here, a school was built and operated funded by the Karuna Shechen NGO of Mathieu Ricard, the secretary of the Dalai Lama. It welcomes 42 students. Here we are welcome and meeting the teachers is interesting. We attend the children’s meal and then a quality dance performance in this magnificent natural setting.

The village of Teren has been emptied of its rare inhabitants that are busy with crops picking. We need a day of high altitude and sometimes narrow path to reach Mukot from the Barbung River. It is the ultimate step of our stay, the village appears well isolated with 4300m hight, around of snow-covered of Himalayan ranch. An interesting exchange takes place in the house of the village chairman.

      This is again the opportunity to take information on the school situation. This has hardly changed since our last visit. It is therefore useful to mention the existence of the Kagkot boarding school. These homestays are moments of discovery of an austere lifestyle that only electricity is improved by using solar batteries.

In order to go back to Kagkot,it is not possible for us to walk and cross the Barbung , so we ask to go up and walk until the night falls. We go back to Kagkot and find the running water pipe as well as the shelter of a room for our evening meals.

We go back to the boarding school for an evening meal and notice that the children have no seats.

It is expected that one of the new parts will be equipped for this purpose. During a new meeting with teachers around Shenang, we confirm our commitment to cover the salaries of the 4 winter months for the 2 volunteer teachers. A list of needs by priority is submitted to us and discussed.

http://www.himalaya-nepal.com/voyage_au_Nepal_fichiers/le_Dashain.htm

This moment of family gathering is very important especialy when the country celebrates Dashain during 15 days.

A goat is offered to us by Shenang, but we prefer a bag of local apples. To our surprise, we are invited to participate in the ritual related to this festival that brings the children in a respectful silence of the tradition. Music and dance to which everybody participate with joy.

For the last time we go through the new village. Everybody is busy managing the yaks rented by an expedition.

Delightful farewells precede our departure, knowing that it will no doubt be difficult for us to return one day.

Back to Kathmandu with a touch of nostalgia but a new visit awaits for us. The « Namgyal School », located on the outskirts of Kathmandu, welcome children from the 6th class. We have to give the gifts entrusted by sponsors to 5 students. The headmaster receives us in his office and confirms the good results of these students who go along with those of the well-ranked establishment in the valley. The establishment regularly wins prizes during sport competitions

sports. During the visit, we attend the snack room of the pupils boys and girls separated in an impressive calm made of self discipline without prohibiting so much the conversations. We meet groups of students in rooms or dormitories well used to self-management. We leave the college with Passang (the CPS headmaster) who leads us there and gives us a list of needs that we will examine at the next board meeting.

The time to fill empty suitcases with gifts and clothes distributed.

Purchases of local crafts for sale in France will mainly take place in one of the many shops that surround the stupa of Bodnath.

Many invitations come one after the other « ex- Dolanji Monastery students »: at Ugyen and her husband’ home, then at Pema who runs a « guesthouse ». We also drive through the busy city to have the pleasure of meeting Tsewang’family . He works for a major NGO and gives us a glimpse of the top of its terrace of the nightlife of the city. In a revitalizing air, we share a meal with his great friend Takla, his childhood companion, Dolanji Monastery in India. Passang being with us.

During the last evening , we find Michel Houdan, member of the fondation, returning from a mission to Mustang, with the family of his godchild Yangchen.

In the early morning of October 20th, farewell greetings and warm thanks to Takla and Tirtha, the cook, are exchanged at the airport. Passengers departing for Delhi leave Katmandu, sad but happy to have lived so many unique and strong moments, near a people who is improving, a little thanks to our distant but faithful solidarity …

John Laurent

Voyage au Dolpo de Monique, Pierre, Annie, Jean et Michèle. Automne 2019

INFORMATION LECTEUR

Quelques informations complémentaires au texte sont accessibles en cliquant sur les liens ( https://www ….) Une page d’information doit s’ouvrir que l’on peut consulter et fermer en cours de lecture.

Après un vol sans histoires Paris – Delhi puis un transfert retardé vers Katmandou, Sonam, de l’agence Shambala holidays tout sourire nous accueille à l’aéroport en  remettant à chacun, la première khata (écharpe ) de bienvenue du séjour….. Il s’est chargé de l’aspect administratif de notre voyage : permis de trek, assurances….

L’installation  faite à Bodnath, https://www.routard.com/guide_voyage_lieu/4230-bodhnath.htm . les visites se succèdent au « Dragon hôtel » . On charge assez vite Takla notre guide ex élève de « Dolanji » d’acquérir les roupies népalaises indispensables . Ugyen nous rend une rapide mais sympathique visite.  Puis Passang, directeur de la CPS    , vient nous chercher  pour rejoindre son école plus  loin dans la vallée, où les enfants et toute l’équipe nous attendent avec impatience. Nous recevons un accueil toujours touchant fait de danses par divers groupes d’élèves  heureux et fiers de montrer leur talent à ces « étrangers »  venus de si loin…

Comment remercier sinon en prenant l’initiative pour Pierre de surprendre et faire rire l’assemblée avec son accessoire magique : le nez de clown. Jean improvisera une comptine anglaise mimant la démarche de l’éléphant. Vient le moment de la distribution collective de petit matériel scolaire, peluches, petites voitures,  puis des cadeaux confiés par les familles qui parrainent un enfant. Des photos sont prises qui témoigneront de ces instants auprès des parrains. Annie retrouvera ainsi son filleul ,ravi, dans une émotion partagée. La visite de l’école  nous fera constater les améliorations dues aux engagements des divers donateurs : cour pavée, équipement des classes mais aussi découvrir les nouveaux besoins : toiture infiltrée d’un dortoir, zone sanitaire à refaire…  Cette première séquence « émotion » augure bien du séjour malgré un ciel bas menaçant.

Quelques formalités réglées, vient le temps de retourner à l’aéroport pour rejoindre Nepalganj, ville toute proche de l’Inde où nous passons une courte nuit. Les relations locales de Takla faciliteront le passage de sacs en surpoids….. Ce vol pour le petit altiport de Juphal surprend toujours même les habitués par ce qu’il représente d’impressionnant avec  son arrivée entre les masses de l’Himalaya sur une courte piste .

L’air est frais à 2400m, les sacs chargés sur une « jeep », nous débutons notre long trek par une descente d’une ½ journée vers  Dunaï première ville du Dolpo, région toujours bien  isolée où se situe notre principal objectif : l’école de Kagkot. Le lendemain, Dechen vient nous rendre visite sur le terrain où nous avons passé  la première nuit sous tente et nous invite chez elle. Elle porte en permanence à dos la petite dernière. Son époux travaille à l’école Bön où leur fils est scolarisé, mais cette « ancienne de Dolanji » vit très modestement. Nous laissons les premiers vêtements  apportés, dons d’un généreux magasin de sport.

Après avoir fait connaissance avec nos muletiers et l’équipe de cuisine, nous rejoignons dans la journée le village de Tarakot mais l’étape suivante nous confronte à une pluie intense de fin de mousson rendant glissant le premier obstacle du parcours. Là aussi, nous constatons les effets d’éboulements constants qui obligent à monter  et redescendre de grands dénivelés. Le lendemain, comme lors de la précédente venue de Monique il y a 6 ans, les habitants de Kagkot ont envoyé des chevaux pour soulager nos vieux os. Vu de plus haut, les pentes abruptes vers la rivière nous offrent quelques frayeurs. Alternant cheval et marche, nous arrivons en vue du village (3300m).  Saisissante  sensation que d’arriver à cheval puis de marcher entre 2 rangées d’habitants aux habits colorés, offrant boissons, écharpes  et sourires  jusqu’à l’entrée de l’école….

Nous découvrons vite, sur la droite, les nouveaux bâtiments de l’internat presque terminés. Il permettra d’améliorer l’accueil de nouveaux enfants, disposera d’une pièce pour les repas et d’un modeste sanitaire.

Enseignant de l’école, Bishnu est devenu directeur d’une équipe de 7 jeunes enseignants motivés. L’école accueille une quarantaine d’élèves. Nous passerons 2 jours à découvrir les améliorations diverses dans les classes (8 niveaux jusqu’à la 4ème). Les deux dortoirs sont équipés de bons lits financés par notre association et assemblés localement. Le cuisinier que nous salarions prépare des repas chauds aux 18 élèves de l’internat et à l’équipe enseignante.  L’école a acquis de ce fait une bonne réputation à la ronde. Nous constatons que la plupart des bénéficiaires de l’internat sont les enfants des villageois. Ceux-ci ont eu le mérite de reconstruire intégralement leurs maisons sur le plateau proche de l’école, à l’abri des chutes de rochers de l’ancien village. Il nous faut donc ré exposer au cours d’une réunion générale incluant Shenang chef du district, cet  objectif majeur lié à la construction de la 1ère partie de l’internat : accueillir des enfants de villages éloignés. Une autre réunion permettra d’échanger autour des besoins à venir que nous enregistrons. Nous décidons cependant de donner un accord de principe au financement de 4 mois supplémentaires pour 2 enseignants volontaires. Ainsi, les élèves seront scolarisés 11mois et les connaissances réactivées. Le soir, nous fêtons également avec tous, le 70ème anniversaire de notre présidente honorée par un gâteau digne de ceux de la douce France…

L’entrée en classe est toujours précédée d’un moment de gymnastique et d’un chant patriotique. Souvent, un élève plus âgé est invité à animer ce rituel.

Nous sommes les invités d’honneur d’une belle fête de village, à laquelle nous participons en dansant et prenant la parole pour remercier de l’accueil qui nous est fait.

Notre projet prévoit de poursuivre notre découverte de villages d’altitude de ce massif du Daulaghiri. Bishnu, le directeur de l’école de Kagkot, se joint à nous afin de constater la réalité scolaire et tenter d’y remédier. En effet, des écoles ont été construites, mais les rares enseignants nommés ne restent pas ; froid et isolement les font retourner chez eux tout en continuant à percevoir leur salaire !! Seuls des logements décents, des possibilités améliorées de déplacement contribueront à fixer ces maître comme à Kagkot. De nouveau en route, nous passons les villages de  Pimri puis Garengaon décrits dans le compte-rendu du 28.11.2011, pour atteindre Seri à 4000m. La moisson de l’orge offre des vues magnifiques.

Ici, une école a été construite et fonctionne  financée par l’association Karuna  Shechen de Mathieu Ricard, secrétaire du Dalaï Lama.  Elle accueille 42 élèves. Nous y sommes bien accueillis, le contact avec certain enseignants est intéressant. Nous assistons au repas des enfants puis à un spectacle de danse de  qualité dans ce décor naturel grandiose.  Sur tout le parcours, Bishnu essaie d’échanger quelques informations sur  la scolarisation des enfants. Ces contacts mêlent sa culture hindouiste à celle tibétaine voire parfois animiste, très présentes  sur ce secteur.

Le village de Terengaon s’est vidé de ses rares habitants tous occupés aux récoltes. Il nous faut une journée de fort dénivelé et de cheminement parfois étroit pour atteindre Mukot depuis la rivière Barbung. Etape ultime du séjour, le village apparaît bien isolé à 4300m dans un écrin de sommets enneigés du massif. Les raisons déjà évoquées ont encore plus de sens ici. Un échange intéressant a lieu dans la maison du chef de village. C’est à nouveau l’occasion de prendre des informations sur  la situation scolaire. Celle ci n’a guère évolué depuis la dernière visite. Il est donc utile d’évoquer l’existence de l’internat de Kagkot. Ces visites chez l’habitant sont  des moments de  découverte d’un mode de vie austère que seule l’électricité améliore à l’aide batteries solaires.

Pour retourner à Kagkot,  l’impossibilité de traverser à gué la Barbung oblige à remonter  et marcher jusqu’à la nuit tombée. Nous refaisons étape à Kagkot où nous retrouvons l’eau courante (au tuyau) et l’abri d’une pièce pour les repas du soir. Nous retournons voir l’internat lors d’un repas du soir et réalisons le manque de places assises pour les enfants. Il est en principe prévu qu’une des nouvelles pièces soit équipée à cet effet.   Au cours d’une nouvelle réunion avec les enseignants autour de Shenang, nous confirmons notre engagement pour la prise en charge des salaires de 4 mois d’hiver  pour les 2 enseignants volontaires. Une liste de besoins par priorité nous est soumise et discutée.

http://www.himalaya-nepal.com/voyage_au_Nepal_fichiers/le_Dashain.htm.

Le pays fête Dashain  15 jours durant      Ce moment de réunions familiales est très important ; une chèvre est offerte par Shenang à laquelle nous préférons un sac de pommes locales. A notre grande  surprise, nous sommes invités à participer au rituel lié  à cette fête qui rassemble les enfants dans un silence  respectueux de la tradition. Musique et danses auxquels tous se mêlent sans complexe.

Une dernière fois nous parcourons le nouveau village tout occupé à canaliser des yaks loués par une expédition.

        Des adieux émouvants précèdent notre départ sachant qu’il nous sera sans doute difficile d’y retourner un jour.                                                                                

Retour à Kathmandou avec un brin de nostalgie mais une nouvelle visite nous attend. La « Namgyal School » accueille à la périphérie de Kathmandou  les enfants dès la 6ème. Nous avons à remettre les cadeaux confiés par des parrains à 5 élèves . Le directeur nous reçoit et confirme les bons résultats de ces élèves qui vont de pair avec ceux de l’établissement bien classé dans la vallée. L’établissement remporte régulièrement des prix lors de compétitions sportives. Lors de la visite, nous assistons au goûter des élèves garçons et filles séparés dans un calme impressionnant fait d’auto discipline sans interdire  pour autant les conversations. Nous croisons des groupes d’élèves dans des salles ou dortoirs bien habitués à s’auto gérer. Nous quittons le collège avec Passang (directeur de la CPS )  qui nous y a conduit et nous remet une liste chiffrée de besoins que nous examinerons au prochain conseil d’administration.

      Vient le temps de remplir les valises vides des cadeaux et vêtements distribués.Les achats d’artisanat local destiné à la vente en France vont principalement s’effectuer dans l’une des nombreuses boutiques  qui entourent le stupa de Bodnath. Les invitations se succèdent chez les anciens de Dolanji :chez Ugyen et son mari, puis chez  Pema qui gère une « guesthouse ». Nous traverserons aussi la ville encombrée pour avoir le plaisir de rencontrer la famille de Tsewang. Celui-ci travaille pour une importante ONG et nous  donne un aperçu du haut de sa terrasse de la vie nocturne de la cité. Dans un air revivifiant, nous partageons un repas en compagnie de Takla son grand ami, compagnon d’enfance au monastère de  Dolanji en Inde, ainsi qu’avec Passang.  Le dernier soir, nous retrouvons Michel Houdan, membre du CA de l’association, de retour d’une mission au Mustang, en compagnie de la petite famille de sa filleule Yangchen.

De bon matin, ce 20 octobre des adieux et remerciements chaleureux  à Takla et Tirtha, le cuisinier, sont échangés à l’aéroport. Les passagers en partance pour Delhi embarquent tristes mais heureux d’avoir vécu autant de moments uniques et forts, près d’un peuple qui avance, un peu grâce à notre solidarité lointaine mais fidèle…

 

   

Nouvelles de Dhorpatan et de Kagkot 28 février 2019

Dhorpatan est actuellement très enneigé. L’école fonctionne malgré tout mais seulement un tiers des enfants sont présents. Les conditions semblent être difficiles car les classes ne sont pas chauffées.

Des nouvelles du Dolpo où la neige est tombée en abondance.
A Kagkot, l’école doit reprendre fin mars ou début avril en fonction de la météo. Des chèvres meurent prises par la neige. La vie dans le village doit être bien difficile aussi pour les villageois.

Voici le message de Shenang, responsable du village de Kagkot, reçu il y a quelques jours et  annonçant d’importantes pertes de bétail, yacks et chèvres:

Namaste! It’s been happy time that we finished our Losar( New Year) recently. I am in Kathmandu now. Soon going back to Dolpo, village. We now stay in new village. This year we have very heavy snowfall. Avalanche took more than hundreds of yaks. This year our villagers had difficult times because many cattles and animals lost their lives of heavy snowfall. Snowfall is not same all the time. Sometime more and sometime less but thia year snowfall took place so heavily. This days its very cold out there. This year we are hiring new teacher who could teach Tibetan language. We managed to give salary as per the schools rules and conducts. New teacher is from other village of Dolpo and he can teach all three languages like; Nepali, Tibetan and English.. Your sincerely Shenang.

Traduction :
Namaste! Nous avons terminé de bien  fêter Losar (Nouvel An) . Je suis maintenant à Katmandou. Vais bientôt revenir au village au Dolpo Nous restons maintenant dans le nouveau village. Cette année , nous avons des chutes de neige très importantes. L’avalanche a pris plus de cent yaks. Cette année , nos villageois ont vécu des temps difficiles parce que beaucoup de bétails et des animaux ont perdu la vie à cause des fortes chutes de neige. Ces jours, il fait très froid Les chutes de neige ne sont pas toujours les mêmes , mais elles ont été abondantes cette année.
Cette année , nous recrutons de nouveaux enseignants qui pourraient enseigner la langue tibétaine. Nous avons réussi à donner le salaire selon les règles de l’école mises en pla ce. Nouveau professeur est d’ un autre village du Dolpo et il peut enseigner les trois langues:  Népalais, tibétain et anglais.
Cordialement
Shenang.

 

Nouvelles de l’école de KAGKOT en 2018

Nouvelles de Kagkot.

Le plateau de Kagkot avec le nouveau village

 

Depuis 2013, aucun membre de l’Arche de Dolanji ne s’est rendu à Kagkot mais nous recevons régulièrement des nouvelles et des photos de l’école.

Elles sont envoyées par le responsable du village , Monsieur Shenag Gurung qui se rend régulièrement à Katmandou tout au long de l’année et le directeur de l’école, Monsieur Bishnu Kadhikari  pendant les périodes de vacances car Kagkot dispose du réseau téléphonique mais pas d’internet.

Photos de 2016

Photos de l’école et des enfants transmises par le directeur.

En 2017, l’école accueillait 65 enfants dont 13 à l’internat.

Elle accueille les élèves jusqu’au niveau 8 ((équivalent à la quatrième) mais pense ouvrir prochainement les niveaux 9 et 10.
Cette école fonctionne de mi mars ou début avril à fin octobre voir mi novembre si la météo le permet. Elle est fermée en Juin car les enfants du Dolpo partent à la cueillette de yarsa khumbu.
En 2017, l’Arche de Dolanji a financé le salaire du cuisinier de l’internat.

 

En  2018,  56 enfants dont une vingtaine à l’internat.

En 2018, le salaire du cuisinier a aussi été pris en charge par « L’Arche de Dolanji » qui a  aussi financé l’achat de nouvelles couvertures pour l’internat, de nouveaux ustensiles pour la cuisine, des fournitures scolaires et les uniformes des enfants.

  L’arrivée du matériel et des fournitures à l’école!

Les housses des couvertures sont fabriquées par un artisan de Kathmandou

dernières nouvelles

Dear board of directors,
I want to apologise for delay reply. I was at my village to celebrate Tihar great festival of Nepal so I couldn’t read your mails. I came yesterday to Kathmandu now it’s easier for me to read and send mails.
The year 2012 was very fruitful for us because we were able to construct the hostel building for the students of the upper villages of Mukot V.D.C. The construction of hostel building was very important and won’t be done without the support of ‘Ecolier du monde’ and ‘Arche de dolanji’. We are very thankful to both the foundation for all the help and support for the students of Mukot V.D.C and hope for more support and help in the future.
The academic session of TNPS was started from March and ended at the last of October. All the staffs of school have done very good work. There are six staffs including new government teacher. His name is Bir bahadur Sunar and he used to teach at Dho tarap school. This year the total number of students are 54. Due to their old tradition of sending their children to Gumba in India is the main cause in decreasing students number. Not only in Kagkot but all the schools of Dolpa are facing the same problem. Among 54 students nine students are from other villages. This year classes was from nursery to grade three. All the students have done excellent in their class activities and secure good marks in exams too. They are progressing each year in their study as well as in extra curriculum activities like dance, drawing and games. All the villagers are very happy to have English medium school and hostel at their village.
Now most of the villagers knew the aim of the hostel so they are happy and ready to send their children to hostel at Kagkot gau and some villagers don’t understand even we tried to make them understand and we are sure that we will make them understand about the importance of education for their future. Last year the Kagkot villagers were stubborn and were unknown about the aim and objectives of hostel but this year we tried hard to make them understand and we succeed too. They are ready to help us and other villagers. They even wanted to go with us to other villages to convince and to collect names for the next year hostel but they were busy in their harvest so we insist.
We visited to other villages and got chance to knew their view about hostel. They are very happy to send their kids to school of Kagkot.
We are very happy and grateful to ‘Arche de dolanji’ for giving us chance to work with you and the simple and innocent people of Dolpa. We are very grateful to ‘Ecolier du monde’ for helping us and the people of Dolpa to get good education at their place.
Hope to get your reply soon.

Sincerely yours
Sunita Moktan

voyage à Dhorpatan et Kagkot (2)

 

Nepal-0123.JPG

Nepal-0238.JPG

                         Le 23 septembre, nous disons au revoir à Thupten

                qui part de son côté pour retourner à Pokhara par le Jalja La

                                    puis  nous quittons   Dhorpatan! 

 

Nepal 0258

 

Nous allons vers le nord, pour contourner la chaîne du Daulaghiri sur son flan ouest. Dès le premier jour, il nous faut franchir un col à plus de 4000m et c’est l’incident qui aurait pu tourner mal : Monique glisse en traversant un torrent et se fait très mal à la jambe. Rien de cassé, elle se remet debout mais ne peut marcher et va devoir faire les ¾ de la suite  trajet à cheval.

 

dolpo 1 493 (2)

 

Il pleut tous les après-midi et toutes les nuits pendant les 4 premiers jours, le sol est détrempé et il nous faut passer encore 2 cols à 4100 et 4500m avant de laisser les nuages derrière nous et arriver  enfin  dans le Dolpo.

               Encore 2 jours et demi, et nous voici à Kagkot, le 30 septembre.

 

dolpo 1 576 (2)

 

  Est-ce qu’on sait qu’on arrive ? Nous n’avons rencontré personne sur le chemin jusqu’aux premiers chortens du village.

dolpo 1 582 (2)

Et là, d’un seul coup, tout le village est là, les hommes à gauche, les femmes à droite,tout à la main :Fleurs, kagtags (écharpes) et vases de tchang (bière locale) et rakshi (alcool de grain tout aussi local) ! Un jeune homme s’avance, c’est Kunga, le nouveau professeur de tibétain originaire de la vallée de la Tarap.

 Certaines d’entre nous ont du mal à contenir leur émotion devant cet accueil plus improvisé mais tout aussi chaleureux que la dernière fois !

 

Puis nous allons en procession jusqu’à l’école dolpo 1 608 (2)

où les enfants nous attendent,  

bien alignés devant le nouveau

bâtiment scolaire.

dolpo 1 613 (2)

 

Une réunion avec le comité de l’école est organisée des le lendemain.

Fonctionnement de l’école

Tenzin Norge Primary School

Mukot-3, Kagkot

 

61 élèves : 24 filles, 37 garçons (62 en 2010)

Nursery : 16,Low Kinder garden : 15, uper kinder garden : 17

Classe I : 9 Classe II : 4 (Il y avait 5 élèves l’an passé en classe II, mais un garçon originaire de Mukhot est parti au monastère local pour y devenir moine)

Origines des élèves extérieurs à Kagkot :

Pimri : 7;  Seri : 3 ;Terengaon : 3 ;Mukhot : 3fillette Kag-copie-1

Et 3 enfants venant de villages en aval de la vallée ne faisant pas partie du même district.

Enseignants :

Directeur : Gokarna Paudel

Bishnu Adhikari (absent pour cause de maladie, nous n’avons pu le voir car il était en soins à Nepalgang. Il devait rentrer après notre départ)

Le gouvernement népalais a supprimé le 3ème poste occupé l’an passé par Mrs Dhana Laxmi

Les deux autres professeurs sont rémunérés par l’Arche de Dolanji :

Sunita Moktan (notre coordinatrice)

Kunga Samdup : 20ans, nouvel enseignant de tibétain venant de la Tarap

Il faut ajouter le cuisinier, Tolman Tamang, qui donne aussi des coups de main à l’école (rôle de surveillant)

dolpo 1 659 (2)

Le comité de l’école se compose du chairmandolpo 1 771 (2)

( maire) , chargé de la construction de l’internat ; de  Tsewang Gurung, de

Serrang Gurung, responsable de l’école et  de Phurbu Dumdup, « social worker »

 

L’école fonctionne du 15 mars jusqu’au début novembre, de 9h à 16h avec une pause à midi. Un mois d’arrêt en juin pour la collecte du yarsagumbo (champignon trés prisé dans la pharmacopée chinoise et  donc vendu cher par les montagnards qui le récoltent)

Pas de vacances pour Daisen en octobre (à part 2 jours de fête)

Le bâtiment scolaire comprend 5 salles. Les classes I et II sont regroupées dans la même salle, une salle reste vacante pour le moment. Les professeurs disposent des anciens bâtiments où ils ont leurs chambres, un bureau où sont rangées les fournitures.Ils disposent également de la cuisine et de deux toilettes. Ils ont aménagé une petite bibliothèque pour les enfants. Les toilettes (payées par le gouvernement) pour les élèves sont en cours de construction mais ne sont pas encore terminées.

dolpo 1 788 (2)

Sunita dans sa classe

                           Kunga Samdup  et sa classe.

dolpo 1 791 (2)

 

dolpo 1 705 (2)                                       Chants devant l’école

 

Les besoins :

  • Equiper la classe III (4 élèves)
  • Remplacer les cartables achetés il y a 2 ans et qui en ont bien besoin
  • Acheter des jeux éducatifs pour la maternelle et des livres pour la bibliothèque
  • Des uniformes (de type tibétain comme à Dhorpatan ?)
  •   Bien sûr, ils aimeraient un professeur de plus, mais le gouvernement devrait recréer un poste ( à vérifier dans le temps!)

 

dolpo 1 755 (2)

Découverte des photos prise lors de notre dernier passage .

 

Notre bonne impression générale de l’école, se confirmera les jours suivants. L’équipe enseignante travaille dans de bonnes conditions, il y règne une très bonne ambiance, les enfants sont studieux, les classes vivantes, bien décorées, l’atmosphère est familiale, chaleureuse.

Sunita a appris à ses élèves des danses népalaises. L’an dernier, elle a fait le tour des villages pour les produire et récolter de l’argent qui lui a permis d’acheter une installation solaire assez puissante pour alimenter son ordinateur, une imprimante, une sono.Ell  a  cependant dû demander 200€ au comité de village  pour payer les frais de transport de son installation.

Le directeur aussi a fait le tour des villages  mais, lui, pour inciter les habitants  à envoyer leurs enfants à l’école.

 

dolpo 1 875 (2)

L’internat

A notre grande surprise et déception, la construction de l’internat n’a pas commencé cette année.sous divers prétextes ! Donc on verra au printemps prochain…Un architecte de Khatmandu a pourtant fait les plans, prévoyant  que 30 internes seraient répartis en 2 dortoirs (garçons et filles), 2 salles d’études, un réfectoire, des toilettes et une salle de bain.

En réalité, les gens de Kagkot on tendance à penser que cet internat devrait être réservé à leurs propres enfants (demande qui nous a sidérés !)      

Les habitants des autres villages ont bien collecté des pierres, mais il n’y en aurait pas assez, et on ne voit pas de réserves de bois. Il y a des malentendus entre les villages : à Garengaon, les habitants   ont cru que les pierres qu’ils avaient apportées l’an passé devait servir à l’internat alors qu’elles ont été utilisées pour la nouvelle école. Ils pensent donc avoir été trompés.

 

Les villageois de Kagkot ont aussi un autre projet immédiat qui les mobilisent  :

Celui de    déplacer leur village, blotti au chaud contre la falaise mais  gravement menacé par des chutes de pierres. Un « lotissement » est déjà préparé vers le gompa, dans la partie plate après l’école, avec réservoir d’eau et amenée de l’eau jusqu’à une série de fontaines bien réparties dans le futur village. Des  tas de pierres sont assemblées pour la construction des maisons. Une ONG basque espagnole envisagerait de fournir les maisons en équipement photo voltaïques.

Nous insistons pour que la construction démarre au plus tôt et pour les enfants des villages éloignés. C’est ce que nous redirons partout ainsi qu’à Tsewang Tenzin (chairman du district) rencontré à Dunaï (il n’avait pas été informé du versement de l’argent). Nous avons compris que les fonds d’Ecoliers du Monde et les nôtres se trouvent dans une banque à Dunaï et que l’argent sera débloqué au fur et à mesure des besoins de la construction. Nous voulons que cet argent serve et ne reste pas en banque ! Si la construction démarre en février/mars, elle pourrait être terminée en 2 mois. Resterait l’aménagement intérieur pour lequel on nous dit qu’il manque de l’argent, notamment pour la salle de bain qu’ils voudraient moderne. (comme en ville!)

 

village K

Maison de Kagkot au pied de la falaise.

 

 

Besoins en personnel :

Il nous est demandé de prévoir un cuisinier et un aide cuisinier,

2 « ayas » (aide maternelles) employées pour s’occuper des enfants, de leurs toilettes et de leurs lessives,

Un surveillant,

Un agent de santé qui pourrait aussi s’occuper des villageois. 

 

Les familles fourniraient matelas, couvertures, vêtements et provisions (farine, beurre) mais il faudrait prévoir un complément pour la nourriture.

On nous demande aussi un équipement électrique solaire (à voir avec l’association basque ?).

 

Sunita devrait pouvoir nous établir des budgets prévisionnels séparés pour l’école et l’internat.

Nous avons proposé à Tolman, moyennant une augmentation de son salaire, de faire la cuisine pour tout le monde (professeurs et élèves) avec l’assistance d’un aide-cuisinier.

Une aya pourrait aussi suffire au début et l’équipe enseignante se relayer pour surveiller les pensionnaires ?

L’agent de santé serait bien nécessaire : certains enfants sont couverts de croûtes purulentes, le directeur a quelques médicaments à donner mais il n’est guère compétant et les mesures d’hygiène élémentaires ont bien du mal à être respectées. 

( beaucoup de besoins de santé,l’espérance de vie dans ces régions est trés basse, un peu plus de 40 ans.)

 

Les autres villages :

Ils se trouvent tous à environ 4000m sauf Terengaon,qui est un peu plus bas, et nous les avons tous visités, en faisant des réunions avec les responsables pour discuter du projet d’internat.

famille de Pimri

dolpo 1 904

Pimri 

31 maisons, réparties en 2 hameaux et environ 170 habitants. 7 enfants sont scolarisés à Kagkot, hébergés dans de la famille. Ces hébergements semblent tous être assez problématiques, les enfants livrés à eux-mêmes. Si l’internat fonctionne ils pourraient envoyer une quinzaine d’enfants entre 8 et 13 ans.

Il existe un bâtiment scolaire (nous ne l’avons pas vu en faisant le tour du village !) mais trop vieux et le gouvernement paie 2 professeurs qui sont venus travailler 2 mois en faisant la classe, dans une cour pleine de crottes de chèvre, à 25 élèves. Les villageois souhaiteraient la construction d’une école ici avec un professeur, comme à Garengaon, pour scolariser les plus jeunes.

 

Garengaon , 14 maisons.

dolpo 1 947 (2)

L’école y est faite par

Dawa, 20 ans, qui à été  recruté par Kedar et payé par l’association , le Chant des Pistes.Il  y enseigne à 13 élèves : Nursery : 7 dont 1 garçon et KG : 6 dont 1 garçon.

Les garçons sont  ensuite envoyés dans des monastères au Mustang ou à Kathmandu…

Les 3 fillettes ont 11, 13 et14 ans.

Il y a deux classes meublées avec des bancs et des tables récents

 

(les copeaux sont encore dans la cour) mais il a manqué des clous pour faire une armoire pour le matériel.

L’école fonctionne de 10h à 16h avec une coupure d’une heure à midi. Les élèves ne sont pas très assidus et Kunga devant tout assurer seul ne parvient pas à enseigner le tibétain comme il serait censé le faire. Les deux professeurs salariés par le gouvernement ont déserté : l’un d’eux ne s’est pas présenté, l’autre est resté 3 jours…Dawa est ici depuis le mois de juin et loge chez l’habitant. On le sent un peu triste d’être ici seul alors qu’il y a une bonne équipe à Kagkot où il préfèrerait rester. Pas sûr qu’il reste l’an prochain…

Les gens d’ici sont en colère contre ceux de Kagkot qui n’ont pas construit l’internat mais nous leur faisons remarquer qu’il faut d’abord une école qui marche, avec des professeurs qui restent parce que logés décemment et avec de bonnes conditions de travail avant de pouvoir envoyer des élèves en internat. Ils pourraient alors envoyer une 10ne d’élèves.

Le chairman, Choïkap Gurung, est un homme cultivé, ancien professeur lui-même. Il donnait l’an passé des cours d’alphabétisation aux adultes mais il a arrêté. Il est responsable du bureau de poste mais il n’a ni timbres ni matériel…

Les demandes :

Une 3ème classe

Un professeur de tibétain

De l’électricité solaire pour l’école, le monastère (un minuscule temple abritant un moulin à prières), le bureau de poste, le bureau du VDC et les 14 maisons du village…

 

Seri

9 maisons et moins de cent  abitants. C’est d’ici que vient le jeune nouveau Guru Rimpoché intronisé cette année dans la vallée de la Tarap. Les murs à mani  » murs rassemblant de pierres offertes  portant chacune gravée  le mantra (incantation /instrument de pensée) : Om mani Padme hum. (joyau fleur du lotus) » ! et les chortens (monuments symbolisant la  liberation finale du Bouddha,   qui sont souvent des reliquaires)  sont mieux entretenus qu’ailleurs. 

dans le fond, un chorten

dolpo 2 162 (2)

 

Le chairman est Dorge Lama.

   3 enfants sont scolarisés à Kagkot actuellement mais ils pourraient être  8 ou 10 si l’internat fonctionnait, et gratuitement.

 

dolpo 1 1002 (2)

      Lors de notre passage, la  moisson

   commençait juste alors qu’elles étaient   

            finies à Garengaon.

 

 

enfant paille SERI

 

 

A Terengaon

Villageois de Terengaon  filant de la laine

 

dolpo 1 1040 (2)

 

   

Il y a 23 maisons et plus de 100 habitants.

Un bâtiment scolaire assez grand, construit il y a 5 ans par le gouvernement est désaffecté, sans mobilier ni hébergement possible (il n’y a pas de point d’eau à proximité). Une des 2 professeurs du gouvernement est passée, moins de 15 jours, elle a pris ses repas chez les gens mais ne les a pas payés ! L’autre n’est même pas venu. 3 enfants d’ici sont scolarisés à Kagkot, 5 garçons ont été envoyés dans des monastères au Mustang, à Pokhara ou à Kathmandu. Une 10ne d’enfants pourraient aller à l’internat de Kagkot.

 

Mukhot

Le plus gros village de la vallée après Kagkot, avec 34 maisons et environ 160 habitants. Tout au fond d’une vallée affluente de la Barbung, un col à 5000m le fait communiquer avec le Mustang.femme Mukkot

Le chairman est Norbu Gurung, il y a environ 30 enfants d’âge scolaire : 6 ont été envoyés dans des monastères, 2 en Inde, 3 à Kathmandu, 1 au Mustang. Un enfant est à l’école de Garengaon, logé chez ses grands parents. Un petit garçon de 10 ans, scolarisé à Kagkot, est maintenant au gompa (monastère) pour devenir moine. Des 4 fillettes inscrites l’an passé à Kagkot, il n’en reste aucune, elles  sont parties d’elle même car les professeurs ne parlaient pas tibétain (Kunga n’était pas encore arrivé).

Le gouvernement a promis de l’argent  pour la construction d’une école (le bâtiment d’ici est minuscule et sombre) avec une chambre pour les enseignants ; Mais les 2 professeurs payés cette année par le gouvernement n’ont fait ici qu’un petit tour, comme  d’autres ailleurs. Ils ne parlaient pas non plus tibétain.

Les familles sont prêtes à envoyer une vingtaine d’enfants a l’internat.

femme orge

Dans tous les villages, on nous a assuré être d’accord pour aider à la construction (collecte de pierres) fournir matelas, couverture, vêtements et nourriture pour l’enfant, mais tous refusent de payer en espèce même si on peu penser qu’ils en disposent !

Il y a aussi un gros problème avec les professeurs du gouvernement : comment sont-ils recrutés ? Pourquoi les paie-t-on pendant 13 mois par an alors qu’ils ne font  souvent même pas tous une apparition sur leur lieu d’affectation ? Pourquoi ne se préoccupe-t-on pas de leur fournir un logement décent ? L’inspecteur local (education officer) semble se ne pas se préocuper  de tout ça…Il n’était pas à Dunaï lors de notre retour et nous n’avons donc pas pu avoir de contact avec lui.

groupe enf K

Enfin, il semble aussi exister pas mal de querelles de clocher (pardon, gong ) entre les différents villages, et même entre les habitants d’un même village, chacun essayant de tirer la couverture à soi. 

 

D’après ces visites et entretiens, ce sont 65 enfants qui pourraient descendre à l’internat, prévu pour 30 (et en excluant les enfants de Kagkot qui ont leur famille sur place !).

Mais reste à voir ce qu’il en sera réellement, les familles ne sont pas si désireuses de se priver des enfants (surtout des filles) assez grands pour aider aux travaux de la maison ou des champs et garder le bétail. C’est surtout une maternelle dans leur propre village qui les intéresse, ils ne veulent pas se séparer des enfants trop jeunes.

 

 

 

Appareil Mathilde 090

femme de Mukhot allumant le feu chez elle.

 

En conclusion :

Nous avons eu une très bonne impression sur le fonctionnement de l’école de Kagkot, mais grosses difficultés pour la réalisation de l’internat et son futur fonctionnement. Sunita et Kunga pourront relayer les informations, le directeur est bien sur la même longueur d’ondes que nous mais il n’a pas d’adresse  mail. On peut aussi compter sur le chairman du comité, Tsewang Gurung.

A DunaïTsewang Tenzin est déconnecté des réalités du district dont il a la charge mais il nous a écoutés.  

 

moisson Pimri

                                                        moisson à Pimri

 

IMGP6135

Famille  sur la route près d’un col entre Dhorpatan et Kagkot

 

 

Et puis ensuite, le retour vers Katmandou

dolpo 2 298 (2)

et  le grand Stuppa de Boudha ( Bodhnath)……

                                                                             ……….Avant le grand départ!

 

 

Compte rendu rédigé pour le groupe par Annie et Monique

 

 

 

 

 

voyage à Dhorpatan et Kagkot (1 Dhorpatan)

 

yacks

 

Voyage à

 

      Dhorpatan et Kagkot

                         en octobre 2011

 

 

Par

Monique Chantrel, Annie Mouchet, Claire Rougé
Catherine Leconte et Pierre Chantrel

 

Après un voyage Paris Katmandou effectué sans aucun problème, nous gagnons Pokkara très rapidement afin de préparer notre départ vers Dhorpatan puis Kagkot. Nous séjournons à la guesthouse de Tashiling d’où nous découvrons au lever du jour une vue superbe de l’Annapurna.

 

cou s pkr

 

 

Phurbu Gyaltsen profite de notre passage pour nous inviter chez sa sœur pour manger de succulents momos et nous faire ainsi découvrir son lieu d’hébergement. Il est toujours aussi actif et continue à donner des cours dans une école tout en continuant ses études.

Comme nous l’avait annoncé Thupten, nous ne rejoindrons pas Dhorpatan en passant par Burdibang : la mousson, très forte cette année, a provoqué 7 glissements de terrain rendant la piste impraticable. Nous devons donc prendre la route qui passe par Baglung, Béni puis Darbang et continuer à pied pendant 2 jours et demi en passant par le col du Jaljala à 3400m.

 

 

dolpo 1 076 (2)dolpo 1 094 (2)

 

Nous profitons de notre passage à Baglung pour prendre rendez vous avec « l ‘Education dolpo 1 072 (2)Officer » du district afin de lui présenter le rôle de notre association à l’école de Dhorpatan et d’évoquer les différents problèmes de cette école. Bien que l’on soit un samedi, seul jour de congé pour les écoliers et le personnel enseignant, Monsieur Hari Gautam accepte de nous recevoir avec beaucoup de gentillesse . Il vient de Baktapur et n’est en poste à Baglung que depuis 4 mois. Il se montre intéressé par notre action mais ne semble pas connaître les problèmes de l’école de Dhorpatan que nous lui présentons : le manque d’enseignants et de locaux et le nombre important d’élèves par classe. Cette rencontre nous permet d’avoir quelques informations sur le fonctionnement des écoles au Népal :

– le ratio normal est d‘un enseignant pour 45 élèves (il est supérieur à 65 à Dhorpatan et serait voisin de 100 s’il n’y avait que des enseignants gouvernementaux !).

-100 nouvelles classes seront construites dans le district pour la prochaine année scolaire. 

– une classe 7 devrait ouvrir à la rentrée prochaine à Dhorpatan puis une classe 8 l’année suivante.

 

– Les enseignants bénéficient de 10 jours de formation par an…

D’après Monsieur Hari Gautam, nous serions la seule association étrangère à soutenir une école dans le district de Baglung.

Puis c’est le départ pour Dhorpatan par le col du Jaljala car le chemin habituel est impraticable à cause des éboulements!

 

arrivée à Darbang

 

dolpo 1 122 (2)

 

pause thé prés du Jaljala

dolpo 1 178 (2)

dolpo 1 143 (2)

 

Rizières près de Darbang

Le mardi suivant, nous arrivons enfin à Dhorpatan, contents de pouvoir se poser un peu au sec car la mousson est toujours là, avec ses sangsues et ses chemins boueux et détrempés. Nous avons vite compris pourquoi il était préférable d’acheter des bottes aux enfants de l’école et excusons volontiers l’absentéisme de certains élèves car beaucoup de chemins sont impraticables.

 

dolpo 1 219 (2)

Dès notre arrivée, nous faisons un passage rapide à l’école. Une surprise importante nous attend : deux nouvelles classes sont presque terminées, elles ont été construites en 2 mois à l’initiative d’une ONG locale qui serait financée par des Coréens. Les travaux doivent se terminer juste après la mousson.

Une rapide visite dans les classes nous permet de voir que, malgré l‘absentéisme dû à la mousson, les classes sont bien remplies.

Nous sommes attendus le lendemain à 10 h. Nous assistons à un spectacle de chants et danses au cours duquel nous découvrons les talents de musicien du directeur (il a même composé une petite chanson pour l’Arche de Dolanji).

dolpo 1 258 (2)

Après cette cérémonie d’accueil particulièrement chaleureuse, une réunion est organisée avec le comité d’école.

dolpo 1 255 (2)

L’effectif de l’école : 395 enfants sont actuellement inscrits à l’école

  une vingtaine viennent d’autres villages dont Bobang.

                   Kinder Garden : 54 ;  

                   Classe 1 : 47

                             Total : 101 (27 filles, 74 garçons)

 

                    Classe 2 : 66 (21 filles, 43 garçons)

                    Classe 3 : 65 (28 filles, 32 garçons)

                    Classe 4 : 67 (29 filles, 38 garçons)

                    Classe 5 : 43 (6 filles, 36 garçons)  Classe 6 : 50 (24 filles, 26 garçons)

 

– Au Kinder Garden, l’assiduité des enfants est peu importante.

– l’effectif dans les classes 5 et 6 reste important.

– L’accroissement de l’effectif serait dû à la renommée de l’école et au fait qu’elle soit aidée.

– 22 enfants de Dhorpatan sont actuellement en classe 7 et 8 à Bobang. Le directeur nous demande si on peut sponsoriser 2 enfants.

– Aucun enfant tibétain n’est scolarisé dans l’école.

– Le manque de filles inscrites en classe 5 n’est pas expliqué, et il y a aussi disproportion au Kinder Garden. Dans les autres classes le ratio filles/garçons tend à s’égaliser.

 

dolpo 1 222 (2)

 

Les enseignants :

– Chek Bahadur Adai est toujours directeur de l’école   . Il a pris beaucoup d’assurance et semble très fier de nous montrer une école qui fonctionne bien malgré des conditions très difficiles.

– 2 autres enseignants sont salariès  du gouvernement.

– 1 enseignant est financé par le comité d’école.

– 2 enseignants sont financés par l’Arche de Dolanji. Phurbu Dolma a arrêté de travailler en Mai. Elle a été remplacée par Tul Bahadur Kimai . Malheureusement, il était absent lors de notre passage, il était parti passer des examens. Il semble donner toute satisfaction et nous avons donc pérennisé son contrat .

– 1 enseignante, embauchée pour une année par une ONG locale, aide l’enseignante chargée du Kinder garden et de la classe 1.

 

Les nouvelles classes : Seulement 400 000 roupies ont été apportées par l’ONG locale pour financer les nouveaux bâtiments ; il reste donc 200 000 roupies (2000 €) à trouver pour finir la construction.

dolpo 1 227 (2)

– La dotation gouvernementale : D’après le comité d’école, celle ci n’a été versée que cette année.

 

LES BESOINS :

– Trouver 2000 € pour finir les nouveaux bâtiments ainsi que le financement pour équiper ces nouvelles classes en mobilier ;

 Les deux nouvelles classes

L’école aura besoin de 2 nouveaux enseignants ayant un niveau supérieur afin d’enseigner dans les classes 6 et 7 et il faut leur prévoir un salaire plus important.

– Les uniformes : nous demandons au directeur de veiller à ne donner des uniformes qu’aux enfants qui fréquentent assidûment l’école.

– Fournitures scolaires et peut-être aussi une photocopieuse !

 

Autres nouvelles de Dhorpatan :

– L’électricité va bientôt arriver : normalement, fin novembre, une partie des maisons pourra bénéficier d’un branchement électrique. Une petite centrale hydroélectrique a été construite. Toul le matériel : générateur, câbles, poteaux… est arrivé à dos d’hommes.

 

dolpo 1 349 (2)

les fils électriques sont installés

A terme, toutes les maisons de la vallée devraient pouvoir en bénéficier. (il y a 350 maisons dans la vallée proche et 2000 maisons dans la grande vallée, soit environ une population de 10 000 habitants.)

 

la mini centrale électrique

dolpo 1 332 (2)

 

L’agent de liaison entre Tashiling et Dhorpatan estTashi Tseten qui parle anglais et pourrait peut-être correspondre avec nous quand il va à Pokhara ( ?)

-l’école évangéliste que nous avions vu en 2008 est toujours là. Elle a simplement déménagé. Elle propose un internat mais celui ci est fermé faute d’effectif.

Elle accueille tout de même 130 enfants jusqu’à la classe 4. Neuf enseignants y travaillent ,  l’un d’eux un est d’origine Tibetaine  ,les autres sont des chrétiens.

3 enfants tibétains sont scolarisés en maternelle.

– La communauté tibétaine continue de diminuer. Beaucoup de tibétains vont à Katmandou et n’interviennent plus  à Dhorpatan ce qui inquiète ceux qui restent.

 

Conclusion :

L’impression laissée lors de la visite de l’école est bonne. Le directeur et l’ensemble des enseignants se sont bien mobilisés pour faire fonctionner cette école le mieux possible avec le peu de moyens dont ils disposent. Les membres du comité d’école sont également beaucoup plus impliqués. Ils apprécient que notre aide s’installe dans la durée.

Toutefois il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la qualité de l’enseignement.

Nous avons également senti la naissance d’une relation amicale et de confiance entre les enseignants, les membres du comité d’école et nous.

 

– Le fait que notre aide parvienne par Thupten, représentant la population tibétaine de la vallée, a nettement amélioré les relations entre les communautés tibétaines et népalaises ce qui fait que Thupten, ravi de cette situation, trouve qu’on l’aide ainsi beaucoup à accomplir son travail et ne demande aucune rémunération.

 

dolpo 1 255 (2)

 

dolpo 1 155 (2)

 

la deuxième partie de cet article  parlera de Kagkot!

Une Lettre de Kagkot

 

                              Une Lettre de Kagkot.

 

Sunita, l’enseignante que nous avons recrutée nous à envoyé un courrier avec une  photo du nouveau bâtiment qu’ils ont achevé de construire  Cela à été possible avec quelques subsides du gouvernement Népalais et surtout gràce à  la motivation et au travail  des villageois !

 

Photo Sunita 3

Ce bâtiment comprend 4 salles de classe, dont une avec eau et toilettes ce qui est exceptionnel dans cette région, un luxe!

 Les villageois continuent d’être très mobilisés par le fait de pouvoir scolariser leurs enfants .

 

 

Photo-Sunita-2-copie-4.jpg

 

 

Et comme vous pouvez le voir, les enfants sont en belle forme et profitent bien des moyens offerts par l’école que nous finançons

 

Photo-Sunita-1.jpg

Kedar, notre correspondant pour ce projet et Sunita nous ont fait parvenir un rapport de cette première saison:

62 enfants sont maintenant scolarisés dont 16 qui viennent des villages environnants et qui sont hébergés chez des habitants de Kagkot.

A la rentrée prochaine, il faudra ouvrir une nouvelle classe (classe II) équivalente à notre CE1 afin que les enfants puissent poursuivre leur cursus scolaire à Kagkot.

Par ailleurs pour pouvoir accueillir des enfants d’autres villages de la région,souvent éloignés et isolés, il serait nécessaire de construire un internat. Mais cela représente un budget très important pour nous, aussi nous espérons qu’une autre association (déjà contactée) nous aidera à réaliser ce projet.

L’école est maintenant fermée depuis de 15 novembre pour les vacances d’hiver.

Le climat est très froid dans ces montagnes en hiver, et sans chauffage il est impossible d’y tenir une classe, aussi au Népal, les vacances scolaires les plus longues sont les vacances d’hiver !

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :